Concert du Chœur de Chambre
Osip Kozlowski

Requiem pour les obsèques de Stanislas II Auguste, Roi de Pologne

Pièces d'Ola Gjeilo - Ariel Ramirez - Astor Piazzolla

Direction musicale : François Ithurbide

Piano : Damien Guille

Avec :

Élyane Laveran : Soprano

Élisabeth Chevalley : Mezzo

Mireille Laburthe : Alto

Jean-Claude Debaig : Ténor

Jean-Luc Trouche : Basse

affiche kozlowski_fusion croix.jpg

Osip Kozlowski

D’origine polonaise, son parcours le mena à émigrer en Russie pour devenir superviseur de la musique à la cour impériale des tsars. Au départ, Kozlovsky est un contemporain de Mozart, puisque né en 1757. Engagé dans la guerre contre les Turcs avec les Russes, il est remarqué par le prince Potemkine (premier ministre et stratège de Catherine II) qui l’introduit à la cour à Saint-Pétersbourg.

De son émigration en 1786 à sa mort en 1831, Osip Kozlovsky fera carrière dans la capitale impériale, composant des musiques pour les fêtes à la cour, des Polonaises, des musiques de scène et des œuvres religieuses.

Le Requiem lui est inspiré par la mort, en 1798, du roi de Pologne Stanislas II. Contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là, il n’y a aucunement encore, à cette époque, de « musique russe » ou d’« expression de l’âme russe », les musiciens de cour étant alors principalement influencés par la musique italienne. Kozlovsky ajoute, clairement, une culture classique solide (Mozart, Haydn).

Le Requiem de Kozlovsky n’est pas une rareté comme les autres, car comme le Requiem de Gossec (1760), en France, qui inspira Mozart, il semble anticiper certaines tendances musicales ultérieures. Comme si Verdi avait rejoint Mozart pour cette messe des morts grandiose et poignante.

220px-P.B.Kozlovsky_(Carl_Pohl,_1838).jpg

Pièces de Ola Gjeilo,  Ariel Ramirez et Astor Piazzolla (voir la page dédiée au Magnificat de Jacques Ballue)

Ola Gjeilo :

O magnum mysterium

 

Ariel Ramirez :

Alfonsina y el mar

 

Astor Piazzolla :

Ave Maria

François Ithurbide : Direction Musicale

Diplômé en Musicologie, 1er prix de clarinette du Conservatoire de Bayonne-Côte Basque, Diplômé du CNR de Bordeaux en Chant (DFE mention TB à l'unanimité et médaille d'or en Art Lyrique), François Ithurbide chante un vaste répertoire de musique sacrée (messes et oratorios de Campra, Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Donizetti, Rossini, Schubert, Saint-Saëns, Puccini, Duruflé, Tippet) et s’affirme à la scène dans les rôles de basse-buffa, notamment dans le répertoire de Rossini et d'Offenbach.

Il participe aussi aux créations du compositeur Jacques Ballue (1999 : Kante Luzea , 2001 : Hommage à Canteloube Cants deü Sud , pour baryton, soprano et orchestre, œuvre dont il a fait l’enregistrement discographique.)

Il crée en 2000 l’Association Pierres Lyriques en Béarn des Gaves, en 2001 le Grand Choeur des Pierres Lyriques qu’il dirige dans le grand répertoire de musique sacrée, et en 2007 le Chœur de Chambre pour, notamment,  la  Petite messe solennelle  de Rossini, le Stabat Mater de Dvorak, le Gloria et le Stabat Mater de Poulenc, les Sept paroles du Christ en Croix de Franck… Il est également chef de chœur des productions lyriques de l'Association Luis Mariano d'Irun.

Il a mis en scène les opéras de jeunesse de Rossini, Les mamelles de Tiresias de Poulenc ainsi que la plupart des grands opéras-bouffes d’Offenbach dans le cadre du Festival des Pierres Lyriques (Orphée aux Enfers, La Périchole, La Belle Hélène, La Grande Duchesse de Gérolstein).

Régulièrement invité en Espagne par l’Association Luis Mariano d’Irun, il a signé depuis 2006 les mises en scène de L’Elisir d’Amore de Donizetti, Sonnambula de Bellini,  La Traviata, Rigoletto, Il Trovatore de Verdi , La Bohème de Puccini, Cosi fan tutte de Mozart, Carmen de Bizet, Roméo et Juliette de Gounod, Il Barbiere di Siviglia de Rossini, La Traviata de Verdi (nouvelle production). En 2018 il met en scène Turandot de Puccini, et en 2019 Werther de Massenet, mise en scène dans laquelle il interprète également le Baillis. Il signe en 2021 la mise en scène de Don Giovani de Mozart et assurera celle de La fille du régiment de Donizetti en novembre 2022.

Damien Guille : piano

Né le 26 novembre 1976, il débute l’apprentissage du piano à l’école de musique d’Orthez (Pyrénées-Atlantiques) à l’âge de 11 ans.

Il étudie ensuite dans les Conservatoires de Bayonne, Pau, Bordeaux et Toulouse et obtient le Diplôme d’Etudes Musicales (Formation musicale, piano et musique de chambre). Il suit un cursus d’harmonie et composition. Il obtient ensuite l’attestation de fin de cycle de perfectionnement en piano ainsi que le Diplôme d’Etat de professeur de piano

Depuis plus de 20 ans il est professeur de piano titulaire à temps plein dans les Ecoles de musique d’Orthez et de Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques).

Damien Guille est pianiste- accompagnateur de plusieurs chœurs dans le Sud-Ouest, notamment ceux des Pierres Lyriques avec lesquels il travaille depuis de très nombreuses années. Depuis 2018, il est également régulièrement invité à jouer dans le spectacle de théâtre musical du Festival des Pierres Lyriques (Et la paix nous fût donnée…, Monsieur Offenbach restera chez lui…).

Compositeur, il a écrit 3 recueils d’ « Etudes expressives » éditées chez Henry Lemoine.

F.Ithurbide.jpg
20200126_145659[1].jpg